Il est urgent de célébrer les artisanes et artisans de paix dans le monde ! Plus que jamais, cette urgence est d’actualité.   Nous entendons parler des centaines, des milliers de jeunes qui partent vers l’Irak et la Syrie pour y mener une « guerre sainte ».  Une « guerre sainte » qui tue, décapite et pousse sur les routes les femmes de bonne volonté et les enfants sans défense, qui prive d’eau des populations, des malades, des personnes âgées.  Cette entreprise de destruction fait les manchettes.   Peut-on mettre en lumière, sur les écrans, dans les journaux, les personnes qui,  ici et là sur la terre, construisent des ponts de paix?  Cette entreprise de destruction fait les manchettes.   Peut-on mettre en lumière, sur les écrans, dans les journaux, les personnes qui,  ici et là sur la terre, construisent des ponts de paix?

   Elles sont en grand nombre.  Des adultes, des adolescentes et des adolescents, et aussi des enfants.  Si on les faisait connaître?  C’est  pourquoi il y la distinction « Palme Cardinal Gantin des Artisans de Paix », pour qu’on découvre ces bâtisseurs dont l’humanité a besoin. Il suffit d’une décision pour qu’un projet de paix à grande échelle prenne forme.  Pour cela, il est urgent de repérer les lieux d’engagement et les manières de faire advenir la paix.   Nous sommes reliés les unes aux autres pour chercher ces artisans de paix.  Faisons-les connaître!  Les enfants ont besoin de personnes qui leur apprennent comment bâtir la paix.  Les adolescents ont besoin de ces mentors ou de ces modèles et ce, dans tous les pays. Ces personnes inspirantes, ce sont ces femmes et ces hommes, ces jeunes et ces adultes qui unissent au lieu de diviser,  rapprochent au lieu d’exclure. Ces personnes regardent et traitent les autres  comme des personnes, au-delà des différences de toutes sortes.  Pour dépasser ainsi les préjugés qui creusent les fossés, il y a des clefs.

Il y a des apprentissages à vivre pour retourner dans des zones de combats et de division en étant habile dans la construction de la paix.   Car on ne devient pas magiquement « bâtisseur de ponts de paix ».   On apprend à le devenir.  Il y a des étapes.  Il y a des outils.  Une expérience-clef est essentielle : aller régulièrement en « expédition » à la découverte de l’autre comme une personne, ne fut-ce qu’avec le voisin qui me heurte.  Pour voir autre chose que les frustrations, cela demande d’apprendre à apercevoir chez l’autre des expériences révélant des gestes d’ouverture.  Parfois, avant d’aller à la rencontre de l’autre, il aura peut-être fallu se décider à gérer ses tensions. Sur la terre, combien d’artisanes et artisans de paix pouvons-nous trouver?  Dans tous les pays?  Dans toutes les régions?  Dans toutes les villes?   Si ces gens se faisaient connaître, ce soir, en écrivant leur nom, en racontant leurs initiatives de paix, si ces partages étaient révélés de toutes les manières possibles, que se passerait-il ?

Il est possible de devenir artisans et artisanes de paix. La distinction « Palme Cardinal Gantin des Artisans de Paix » invite à mettre des personnes et des groupes en nomination.  Plus ces personnes seront nombreuses, plus ces groupes le seront aussi, plus grandira la confiance que la paix est en train de se construire même si les nouvelles nous mettent jour après jour devant les yeux les conflits, les guerres et toutes les formes de violence.  Le monde a besoin qu’on annonce autre chose.  Le jour où l’on apprendra que la paix est entrée dans tous les villages de tous les pays, notre mission sera accomplie. Le moyen que nous nous donnons désormais pour relever ce grand défi est l’animation annuelle du Festival International pour la Paix Cardinal Gantin. Cette initiative de l’ONG Paix Liberté se réalisera du 8 au 13 mai de chaque année. La première édition du Festival s’est déroulée au Bénin en 2019.

error: Mémoire Héritage | Contenu privé